Pascal Nottinger

LE BLOG

Régime maladie de Crohn, comment bien s’alimenter ?

25 Nov, 2021 | Non classé

La maladie de Crohn est une maladie difficile à vivre au quotidien car beaucoup d’aliments ne sont pas digérés, surtout en phase inflammatoire.

Cela peut occasionner des carences mais aussi un amaigrissement. Découvrez comment bien s’alimenter si vous avez la maladie de Crohn, tout en gardant le plaisir de manger varié.

Maladie de Crohn : une alimentation difficile

La maladie de Crohn se caractérise par des troubles de la digestion : douleurs abdominales souvent très fortes et aigues, diarrhée, nausées, vomissements, perte d’appétit… Cette maladie inflammatoire peut ainsi causer des carences comme l’anémie et un amaigrissement.

La maladie de Crohn est une maladie frustrante et difficile à vivre au quotidien car elle complique l’alimentation. Manger équilibré est compliqué avec cette maladie, surtout dans les périodes de crise (les poussées).

Pendant les crises, les patients atteints de maladie de Crohn ont des difficultés à digérer les fibres et les matières grasses, pourtant indispensables à une alimentation équilibrée.

En même temps, les sensibilités à certains aliments dépendant vraiment des patients.

Si l’on veut établir un régime alimentaire pour un patient qui souffre de cette maladie, ce devra donc être un programme personnalisé tenant compte de ses sensibilités personnelles, mais aussi de l’alternance entre périodes de poussée et périodes de rémission.

 

Le régime alimentaire pour la maladie de Crohn

Pour établir un régime alimentaire pour la maladie de Crohn, on se base généralement sur les principes suivants (qui sont ensuite à adapter à l’état de chaque patient) :

  • L’alimentation doit être la plus digeste possible, on va donc éliminer au maximum les fibres de son régime alimentaire. Limiter les fibres va permettre, pendant les poussées, de limiter les douleurs et les diarrhées. En cas de fortes poussées, on évitera tous les fruits et légumes ;

  • On limite les produits laitiers et le lactose qui peut être difficile à digérer (en fonction de la sensibilité du patient) ;

  • Si la maladie s’accompagne de la prise de corticoïdes comme chez la plupart des patients, on évitera au maximum les sucres et produits sucrés ;

  • On privilégie une alimentation riche en nutriments (sodium, potassium) pour retrouver un équilibre nutritionnel après les épisodes de diarrhée ;

  • On consomme le maximum d’acides gras insaturés sources d’oméga-3 (poissons gras et huile de colza ou huile de lin) ;

  • Il est nécessaire de beaucoup s’hydrater.

Ce régime alimentaire est à suivre pendant les poussées. Dans les phases de rémission, on pourra recommencer à manger des fibres en quantités raisonnables car elles sont tout de même essentielles à une alimentation équilibrée.

Il est d’ailleurs essentiel de bien manger (c’est-à-dire, manger équilibré et manger en quantités suffisantes) pendant les phases de rémissions, quand l’organisme tolère davantage d’aliments, pour maintenir un poids stable et limiter les risques de carence.

En  plus d’être dangereux pour la santé, l’amaigrissement et la dénutrition ne vont faire qu’augmenter les symptômes de la maladie.

Pendant les phases de poussée, on pourra ainsi consommer du riz blanc, des bouillons et des soupes, et certains légumes et féculents cuits à la vapeur (carottes, patate douce, pomme de terre). Par contre, on supprimera les fibres, les légumineuses, les oléagineux, les condiments et les aliments épicés.

Pendant les phases de rémission, on adoptera un régime sans fibres ou régime confort digestif. Presque tous les légumes sont autorisés, sauf la tomate. Il en va de même pour les fruits et les herbes aromatiques. Du côté des protéines, on privilégiera les viandes blanches, les poissons maigres (cabillaud, colin, sole…), mi-gras (truite, maquereau, hareng…) et gras (saumon, sardine…), les œufs, les crustacés et les protéines végétales (tempeh, tofu, seitan).

On peut consommer également des graines et des céréales sans gluten (riz, quinoa, millet, amarante, maïs, teff, sorgho…), mais les fruits secs, oléagineux et légumineuses sont à intégrer en quantités limitées dans l’alimentation.

Quant aux produits laitiers, ils sont à éviter même pendant la phase de rémission, on peut les remplacer par des laits végétaux ou des crèmes végétales. On peut également consommer des graines germées, algues et produits lacto-fermentés qui sont bons pour le système digestif.

Top 3 recettes maladie de Crohn

Il est certes difficile de manger varié et équilibré lorsque l’on est atteint de la maladie de Crohn, mais il est toujours possible de se faire plaisir si l’on suit les règles. Voici 3 idées de recettes qui respectent le régime maladie de Crohn et que l’on pourra consommer pendant les phases de poussées :

 

  1. Une soupe de carottes et patate douce à base de carottes, patates douces et bouillon de poule ;

  2. Des frites de patate douce accompagnées de riz blanc, cuites au four à cuisson lente, avec un filet d’huile de colza après cuisson ;

  3. Les courgettes farcies avec du riz et des légumes, cuite au four sans ajout de matière grasse.